Le musée de l’Armée présente cet automne la première exposition jamais consacrée aux forces spéciales françaises

Du 12 Octobre 2022 au 29 janvier 2023

Le musée de l’Armée présente cet automne la première exposition jamais consacrée aux forces spéciales françaises, dévoilant les coulisses de l’une des entités les plus discrètes de nos armées.

Forces spéciales – Musée de l’Armée (musee-armee.fr)

Programmé à l’occasion du 30anniversaire de la création du Commandement des opérations spéciales (COS), l’événement propose une immersion inédite au cœur de ces unités d’exception, dans l’intimité d’hommes et de femmes pas comme les autres : en temps de paix comme en temps de guerre, ils œuvrent chaque jour pour la Nation dans des conditions extrêmes, avec humilité et esprit d’équipe.

De la Seconde Guerre mondiale à nos jours, l’exposition revient sur l’histoire, le fonctionnement, les équipements et l’évolution des forces spéciales, ainsi que sur l’emploi de plus en plus important qui en est fait aujourd’hui, interrogeant le rapport complexe que nos sociétés entretiennent avec la guerre.

Naissance des forces spéciales

Après avoir rappelé les héritages de la Seconde Guerre mondiale, des guerres de décolonisation et de la Guerre froide, l’exposition revient sur la création du Commandement des opérations spéciales (COS), le 24 juin 1992 à l’issue de la première guerre du Golfe.

Organisé comme un commandement interarmées, opérationnel, il est placé directement sous l’autorité du chef d’état-major des armées. Le COS est chargé de concevoir, planifier et conduire les opérations menées par les unités des forces spéciales. Ces missions, situées en dehors des cadres d’actions militaires conventionnelles, visent à atteindre des objectifs d’intérêts stratégiques notamment en termes d’actions d’environnement, d’ouverture de théâtre, d’intervention sur des objectifs à haute valeur ou en matière de lutte contre le terrorisme.

Exécutées sur un territoire hostile ou derrière les lignes ennemies, les missions peuvent durer quelques heures, jours ou semaines. Pour éviter la compromission ou la fuite d’information, elles sont connues d’un nombre très limité de personnes. Employant des boucles décisionnelles très courtes, le COS travaille en synergie avec les services de renseignement français et alliés.

Suite de la lecture en cliquant sur le lien

Forces spéciales – Musée de l’Armée (musee-armee.fr)